Prochainement à Espace Noir

Les P’tits Chats

Vendredi 10 septembre à 19:00

Apéro-concert à la taverne
Au chapeau

Surnommés Human Jukebox, Les P’tits Chats, qui jouent ensemble depuis plus de 15 ans, ont la capacité de s’adapter au plus près des goûts et des envies du public. Ils connaissent des milliers de chansons : de la chanson française (Brassens, Brel, Henri Dès, Noir Désir, Céline Dion,…) en passant par la chanson anglophone (Pink Floyd, Radiohead, Neil Young, Britney Spears, Backstreet Boys,…) mais aussi d’autres horizons (en espagnol, portugais, italien, suisse-allemand, russe,…) a

Alex Riva & Silvan Schmid

Samedi 18 septembre à 21:30

Prix libre – au théâtre

Ce duo est une fête. Une fête triste. Celle où tu refais le monde si intensément que t’as envie de te lever et de commencer la révolution. What better place than here ?! What better time than now ?! Mais par quoi commencer ? Si ce n’est par cultiver cette énergie du changement avec ce goût de révolte, pour construire les armes du lendemain contre les adversaires de la journée écoulée.

Alex Riva – Recoders
Silvan Schmid – Trumpet

Patrick DUJANY / Miguel Angel MORALES / Jean-Michel BORCARD

Samedi 25 septembre 2021 dès 17:00 heures

Dédicaces à la librairie

Ne manquez pas cette occasion de rencontrer des auteurs à l’humour légendaire.

Les Enfers

Patrick DUJANY

Un groupe de métal franc-montagnard. Un deal avec Satan. Chaque concert laisse un mort. Humour noir pour black metal ?

Duja, fièrement né dans le Jura, fer de lance de la littérature stroboscopique, animateur radio à la voix un peu cassée (Bille en tête), musicien underground, signe son deuxième roman, après Les

Ecorcheresse paru en 2014.

Extrait :

« On en est très loin. Très loin des Franches-Montagnes, la terre d’origine de Burning Plane, dont la tournée norvégienne passait par Stavanger et Bergen. 666 fois hélas pour le groupe jurassien, la route a dévié de la ligne droite empruntée par Séb, un chouïa trop défoncé ce coup-ci pour espèrer un quelconque miracle asphaltique réalisé par le sursollicité St-Christophe. Aux alentours des forêts d’Odda, pas loin du Parc National Folgefonna où le quatuor désirait dégommer des trolls et gang-banguer des fées, le vieux bus VW s’est retrouvé sur le dos dans un fossé touffu de granit. »

Prix : 15.– fr

Les choses gonflables

Miguel Angel MORALES

Le cirque de la vie implique toujours des jugements de valeur : t’es Plouc ou t’es Beau ? Ou, pire, t’es un peu des deux ?

Miguel Angel est un Espagnol typique du Jura. Il vit aux Barrières et a fondé Plonk et Replonk bien qu’il ait été distrait par un larsen. Il signe son premier roman, mais il n’est pas impossible qu’il en ait écrit d’autres dans sa tête.

Extrait :

« Les Ploucs traversent la vie comme ils peuvent. Les Beaux ne font rien d’autre, mais ils portent le menton plus haut. Dans la cacophonie générale, il faut jouer sa propre partition. Je ne suis pas un virtuose, mais je m’applique. J’ai ma place dans la fosse d’orchestre, c’est ce que peu comprennent. Un Plouc émérite, c’est rare. J’ai le cul entre deux chaises. Comme je suis plutôt costaud, les deux chaises se doivent d’être robustes. J’en possède un bon stock. Côté chaises, je suis paré. Je ne serai jamais pris au dépourvu. »

Prix : 15.– fr

Les soupirs du soir

Jean-Michel BORCARD

Une bande de paumés. Des histoires rocambolesques et minables (ou grandioses ?). Rire de la vie c’est quand même rire. Jean-Michel, brillant rouquin vivant à Bulle, aurait pu mener une belle carrière universitaire si l’amour du canabis ne l’avait pas étreint dès l’enfance. Il travaille dans une scierie et signe son deuxième roman après L’asile du Baron paru en 2018.

Extrait :

« Cette histoire avait de toute façon mal commencé. L’idée de vivre dans un bus avait surgi lors d’une pétulance de malade bipolaire au sommet de la vague, dans cet état où les envies deviennent des obsessions. J’avais ressenti le besoin impérieux de voyager autour du monde — tout comme d’édifier une nouvelle religion, de prendre les drogues les plus puissantes, et même d’aller sur la lune, je crois. J’étais parti comme une fusée avant de m’épuiser et de redescendre : phase down. L’exaltation avait fini par disparaître. Alors j’étais retourné vivre à Bulle, chez le baron — j’y avais déjà vécu avant de m’acheter un camping-car. »

Prix : 15.– fr